Citation du moment : "Tous ceux qui veulent protéger une société démocratique, ouverte, doivent absolument exprimer leurs opinions avec confiance, avec joie, et avec humour. Et l’art permet précisément d’explorer et d’expérimenter ces modes d’approches de la réalité, à la fois critiques et procurant du plaisir. Je pense qu’une des choses les plus formidables de l’art, c’est qu’il tente de se débattre avec la complexité de notre expérience, sans essayer de l’éliminer ou de la réduire." Ralph Rudolph

A Brétignolles ; la priorité n’est pas la santé, mais le port !

A toi l’infirmière… pardon !

A toi l’infirmière que j’ai croisé hier soir,
Sache que je n’ai pas eu le courage d’affronter ton regard.
Tu revenais du service de réanimation, tu n’aurais pas compris qu’un maire organise une expulsion.
Pendant que tu cherchais des lits pour ne pas avoir à choisir entre deux vies, il déconfinait des confinés.
Pendant que tu peinais à assister les malades intubés, ils organisaient la mise à la rue d’une dizaine d’habitants désormais sans logement.
Tu ne comprendrais pas face à l’atrocité du virus un tel crime organisé.
Pendant que tu fermais des yeux, il appelait au rassemblement en violation des règles de confinement.
80 personnes pour assister à la destruction des habitations,
Combien de malades supplémentaires aux cours de cette manifestation ?
Combien d’heures de travail de plus pour toi ? Combien d’expositions supplémentaires à la maladie ?
Tant pis s’ils alimentent l’épidémie, leur port vaut bien quelques morts.
Qu’as tu pensé ce 8 avril 2020 en sortant de ta garde ?
Tes mains abîmées, ton corps lassé et fatigué, ta peur de contaminer tes proches te déchirant le ventre.
Qu’as tu ressentis devant ces gens rassemblés festifs devant ce feu ?
Ont-ils bien compris que tu risquais ta vie pour eux ?
Si certaines mairies mettent tout en œuvre pour protéger leurs soignants, ce soir là,  la tienne t’a trahie.
Alors à 20h je ne t’applaudirais pas, au vu des événements cela me parait indécent,
Mais au nom d’une nation je te demanderais pardon.

Pierre MERCIER

Si comme moi vous trouvez honteux et irresponsable d'avoir organisé un tel rassemblement en cette période de confinement n'hésitez pas à faire voyager cette lettre. Les Bretignollais savent apprécier la valeur de nos aidants, des employés aujourd'hui réquisitionnés qui vouent leur vie à celles des autres. Nous sommes contre cette mise en danger délibérée de la vie d'autrui initiée par le Maire et nous tenons à le faire savoir. Ne vous découragez pas. Ces personnes ne représentent pas l'âme de Bretignolles.

Texte écrit après l'évacuation des gardiens de la Dune. Compilations d'articles à ce sujet sur blog Normandelière.

Licence creative commons BY-SA

Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions

Licence creative commons BY-SA

Le titulaire des droits autorise toute utilisation de l’œuvre originale (y compris à des fins commerciales) ainsi que la création d’œuvres dérivées, à condition qu’elles soient distribuées sous une licence identique à celle qui régit l’œuvre originale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.