Citation du moment : "Tous ceux qui veulent protéger une société démocratique, ouverte, doivent absolument exprimer leurs opinions avec confiance, avec joie, et avec humour. Et l’art permet précisément d’explorer et d’expérimenter ces modes d’approches de la réalité, à la fois critiques et procurant du plaisir. Je pense qu’une des choses les plus formidables de l’art, c’est qu’il tente de se débattre avec la complexité de notre expérience, sans essayer de l’éliminer ou de la réduire." Ralph Rudolph

La ZAD et le Covid

Signes avant-coureur d’un basculement ?
Ca s’est passé le 8 avril 2020 à Bretignolles-sur-mer.

Le maire de Bretignolles n’a certes pas compris
Que nous vivons un temps où ses plans mercantiles
Sont relégués au rang d’ambiti-ons futiles.
Mais il n’en démord pas. « Il se fera, j’ai dit !

Ce port est une chance inouïe pour notre ville » !
Eh, oui ! C’est sa raison de vivre, au Chaboté.
C’est sa quête, c’est son Graal, c’est son rêve obstiné.
« On ne progresse pas si l’on reste immobile »…

Pour contrer l’opposant, il lui faut donc « soigner »
De tout contestataire la fièvre agitatrice.
Il lui faut pour cela recruter des complices
Qui partagent ses vues sur son précieux projet.

Sous son crâne une idée naît alors, impromptue :
« Profitons de la crise et de l’état d’urgence
Qui au sein des logis confine cette engeance
Pour investir les lieux et chasser ces intrus ».

Mais avant que d’agir, il se faut protéger.
Personnages influents, ses amis sont nombreux.
En haut-lieu, on respecte le seigneur des lieux.
Il n’est pas inutile d’être ami d’un préfet…

Le marquis d’Akéna coiffe son auréole,
Et, fort de son bon droit, fier de sa fatuité,
Pendant que tous et toutes se tiennent confinés,
Rassemble pas moins de cinquante « bénévoles »,

Véritable milice digne de Pierre Laval,
Pour nettoyer la dune du campement « honteux »
Monté par des zadistes dans le but « prétentieux »
D’empêcher un projet d’importance primordiale.

Le terrain préparé par des agents zélés
Est investi un soir par la sinistre troupe.
Ils s’infiltrent sur zone et mettent en déroute
La poignée d’écolos défenseurs du chantier.

Certains sont molestés, d’autres sont arrêtés.
Exaction d’un passé de sinistre mémoire,
Les cabanes de bois, protections dérisoires,
Sont incendiées sur place, tristes autodafés.

Et s’élèvent les flammes, par ces lâches applaudies,
Sur la dune sacrifiée de La Normandelière
Soufflées par les rotors de leurs hélicoptères
Survolant le brasier sur qui tombe la nuit.

Sur les ruines fumantes, au matin, les vandales
S’auto-félicitaient, se gaussant des victimes,
Déclarant haut et fort leur action légitime,
Et prétendant défendre l’intérêt général !

C’est un fait établi, si la démocratie
S’abandonne, vaincue, entre des mains barbares,
On trouvera toujours des élus combinards
Pour adapter les lois à leurs tristes envies.

Nous voici revenus au temps des résistants
Luttant pour la nature et pour les libertés,
Au risque d’être un jour pour cela inquiétés
Par des nervis aux ordres de maîtres fascisants !

J.B.

Il n'est pas rare, il est même fréquent, quand un pays sombre et tombe entre des mains malhonnêtes, de voir le pouvoir passer de la démocratie à l'autoritarisme avec une facilité déconcertante. L'Allemagne nazie en fut un bel exemple, la France Pétainiste également, et bien d'autres depuis... Très vite, les citoyens se trouvent classés en deux catégories, les bons, que l'on traite bien à condition qu'ils ne contestent rien et se tiennent à carreaux, et les mauvais, qui sont inutiles et qu'on peut supprimer sans scrupules tandis que banquiers et actionnaires continuent à engranger les bénéfices du travail des pauvres ! On encourage la délation et on organise une police "efficace" pour qui le mot "bavure" n'existe pas, recrutant s'il le faut les auxiliaires de la police chez des criminels que l'ont sort de prison pour qu'ils deviennent de zélés exécutants de basses oeuvres. L'histoire du monde déborde d'exemples. Les élites, les administrateurs, les fonctionnaires, les entrepreneurs... deviennent (pas tous) parfaitement dociles, intéressés par les avantages qu'on leur accorde et ferment les yeux sur tout ce qui pourrait déranger leur conscience, quand il leur en reste une. Ils sont prêts à tout et, surtout, à oublier ce qui fut la solidarité, la fraternité, la liberté, le bien public, l'humanisme... L'état même devient inutile. Et quand l'orage est passé, ou semble l'être, tous ces braves gens reprennent leur fonction comme si rien ne s'était passé. Nombre d'anciens nazis sont restés dans l'administration et à d'importants postes dans le privé et la politique après la guerre, en Allemagne comme en France . Tous les préfets français n'ont pas suivi l'exemple de Jean Moulin ! Et n'oublions pas que l'un d'eux, un certain Maurice Papon, fut préfet de police du général de Gaulle et ministre de Raymond Barre sous la présidence de Giscard... avant d'être jugé et condamné, 55 ans après les faits, pour "crimes contre l'humanité".

Quand on sait ce qui s'est passé le 8 avril à Bretignolles sur la ZAD de la dune, on a un aperçu de ce qui peut-être nous guette si nous n'y prenons garde. L'après Covid risque d'être plus dangereux que le Covid lui-même !

Licence creative commons BY-SA

Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions

Licence creative commons BY-SA

Le titulaire des droits autorise toute utilisation de l’œuvre originale (y compris à des fins commerciales) ainsi que la création d’œuvres dérivées, à condition qu’elles soient distribuées sous une licence identique à celle qui régit l’œuvre originale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.